JAPON en famille de Tokyo à Tokyo : carnet de voyage et photos

Cette année, destination le Japon pour trois semaines de dépaysement en juillet avec nos deux filles de 10 et 15 ans (presque). Nous avons confié à Eric l’organisation de ce voyage itinérant. Nous avons choisi la compagnie Turkish Airlines pour nos vols de Toulouse à Tokyo et faisons donc une escale dans l’aéroport flambant neuf d’Istanbul.

 

Notre périple dure trois semaines de Tokyo à Tokyo, sur l’île de Honshu (l’île principale de l’archipel). Nous restons 2 à 3 jours sur place à chaque étape (sauf Tokyo où nous restons presque une semaine répartie en début et fin de séjour). Notre itinéraire (presque 3000 km !) est le suivant : Tokyo – Kyoto et Nara – Miyajima – Hiroshima – Himeiji – Osaka – Takayama – Kanazawa – Tokyo. L’itinéraire nous propose un savant mélange d’histoire (les geishas de Kyoto, très nombreux temples shintos comme celui de Miyajima avec son torii flottant dans la baie, des bouddhas monumentaux comme à Nara, les pagodes qui relaient les messages de et vers le ciel, Hiroshima et son musée aux photos terribles et témoignages poignants), de nature (le Mont Fuji dans les nuages, le Mont Misen, la montagne aux singes et la bambouseraie d’Arashiyama, les collines et rivières des « Alpes Japonaises» à Takayama, la mer du Japon et sa plage immense à Kanazawa) et de modernité avec la bouillonnante Osaka ou le carrefour de Shibuya dans le Tokyo qui ne dort jamais.

 

Nos escales préférées ont été

  • Kyoto avec ses petites rues cachées des touristes mais pleines de vieilles machiya (les maisons de bois traditionnelles), le festival et ses chars, et notre premier sushi bar recommandé par notre guide, qui a fait l’unanimité,
  • Nara avec ses daims qui viennent manger dans vos sacs et qui font le bonheur des enfants,
  • Miyajima, où nous avons pris une leçon de calligraphie en kimono et affronté la « jungle et ses dangers mortels » (dixit notre grande) lors de notre randonnée au Mont Misen,
  • Takayama où nous avons vécu à la japonaise dans un Ryokan (tatami pour dormir, onsen pour se relaxer, repas traditionnel délicieux),
  • La plage d’Uchinada où nous avons attendu le départ des sauveteurs pour nous baigner (nous sommes arrivés à la fermeture de la plage à 17h, et il est interdit de se baigner sans surveillance)
  • Tokyo, pour le quartier d’Asakusa, le temple Meiji, le musée Edo, le feu d’artifice d’une heure et demie, et pour le mini tremblement de terre qui n’a pas réveillé les filles (seulement les parents !)

 

Nous nous sommes rapidement mis à la mode japonaise : marcher à gauche (sur le trottoir, les escalators) sauf à Kyoto (et Osaka parfois), faire la queue en ligne et en suivant les flèches, respecter les sièges réservés pour les personnes prioritaires dans les transports, utiliser les petites serviettes pour s’éponger (il fait assez chaud et humide, on transpire vite), préférer le parapluie au k-way (trop chaud, et le parapluie sert tous les jours, pour la pluie ou le soleil), s’incliner pour dire bonjour, au-revoir, merci (la petite a continué pendant une semaine après le retour en France !).

 

Nous avons pris uniquement les transports en commun (bus, métro et trains avec le JR-Pass) pour nous déplacer. Un conseil d’ailleurs, prendre des valises pas trop grosses, car il y a encore beaucoup d’escaliers dans les gares et stations de métro, et généralement peu de place pour les caser dans les chambres d’hôtel. Les déplacements sont assez faciles, les directions et stations sont indiquées en anglais dans les gares et les trains. Pas de panique si vos correspondances sont courtes, les trains sont toujours à l’heure (sauf catastrophe) et vous n’aurez pas à courir d’un bout à l’autre de la gare (nous avons parfois eu moins de 8 minutes et nous avons toujours attendu le train !). Par contre, le pocket wifi est vraiment pratique pour se repérer dans les villes, car il n’y a pas vraiment de numéros ou de noms de rue (mais les Japonais viendront vous aider si vous êtes perdus).

 

Autre très bonne idée (merci Eric pour la suggestion et la réservation), faire appel à un guide francophone sur place. Nous en avons eu trois : Denis, qui nous a récupérés à notre arrivée à l’aéroport et amenés à notre hôtel, Caroline qui a pris le relai le lendemain pour nous faire les cartes de métro, activer les JR-pass, faire les principales réservations de sièges et nous faire faire nos premières visites de Tokyo (avec un entraînement de baguettes en prime !) et Nicolas qui nous montrera les trésors de Kyoto.

 

J’espère vous avoir donné envie ! Nous avons adoré.

 

Miyajima_habillage pour leçon calligraphie
Miyajima_habillage pour leçon calligraphie
Miyajima_torii
Miyajima_torii
Kyoto_pavillon d'or
Kyoto_pavillon d’or
Himeiji_chateau du héron blanc
Himeiji_chateau du héron blanc
Hiroshima_dôme de la bombe
Hiroshima_dôme de la bombe
Kyoto_fushimi inari
Kyoto_fushimi inari
Kyoto_chemin de la philosophie
Kyoto_chemin de la philosophie
Osaka_dotonbori
Osaka_dotonbori
Nara_les daims
Nara_les daims
Miyajima_ rando mont Misen
Miyajima_ rando mont Misen